« L’allégeance rebelle » avec Christian Gatard

Face à l’avenir incertain que nous réserve le monde d’après, Christian Gatard est sûr d’une chose : on ne peut pas dévoiler l’inattendu. Il va rester in-attendu. Partant de ce postulat, il faut être intrépide en avançant avec ce que l’on sait. Derrière le style mythologique volontairement entretenu de Christian Gatard, se cache un Ulysse des temps modernes.

La qualité même de l’existence est de ne pas savoir

Christian recommande de surfer sur la vague des choses pour avancer et de savoir prendre l’énergie de cette vague. Pour lui, il faut avancer à l’aveugle dans la nuit du monde futur. Car la qualité même de l’existence est de ne pas savoir. Nous devons avancer avec excitation. Nous devons avancer en faisant allégeance, c’est-à-dire en acceptant les choses plus fortes que nous. L’allégeance rebelle comme il la nomme si bien. Non, christian Gatard est ni rêveur, ni utopiste. Bien que parfois un peu perché, il a les pieds bien ancrés dans le sol. Fin observateur des mouvements de la société, il va puiser au plus profond des mythes pour éclairer notre futur. Car pour lui, il y a dans les mythes des signes absolument flagrants d’histoires du futur. Il suffit de voir comment ces mythologies sont récupérées par la Science Fiction. Selon lui, c’est au travers de ces grands schémas antiques que l’on va mieux comprendre le futur qui va advenir.

A-t-on envie d’y croire ?

Dans cet interview, Christian Gatard nous explique qu’il y a une histoire longue de l’humanité qui se reproduit sous forme de schémas mythiques, même si en parallèle, l’histoire courte, brève, immédiate, se réinvente en permanence. On est dans un déroulement de l’histoire en spirales, qui nous renseigne sur les futurs possibles. On sait donc ce qu’il peut advenir mais la question est : a-t-on envie d’y croire ? Les cassandres ont beau annoncer les catastrophes (ie dérèglement climatique) mais personne ne les croient. Malgré ça, il faut se préparer à ce qui va se passer après, comme Ulysse. Il faut avoir une distance critique, voire ironique du monde tel qu’il est … on ne va pas changer notre monde. C’est notre destin, comme Sisyphe de Camus au pied de la montagne, il faut pousser le rocher, avancer et y croire.

Écoutez l’intégralité de cet entretient au format podcast


Cet interview s’inscrit dans le cadre de réflexions menées au sein du Think Tank Les Mardis du Luxembourg. Face au désarçonnement causé par le Covid-19 et à l’irrationalité du monde contemporain, les membres de ce cercle échangent sur la meilleure manière d’accueillir cet inattendu et d’échafauder des scénarios raisonnables pour le « monde d’après ».


En savoir plus sur Christian Gatard :

Christian Gatard est sociologue, prospectiviste et consultant international. Entrepreneur dans le domaine des sciences humaines, ses missions l’amènent à parcourir le monde pour explorer les mutations en cours, comparer les expériences culturelles, inspirer les stratégies des entreprises et des institutions.
Il propose une approche de la sociologie et de la prospective entre le culturel (prendre de l’avance sur l’avenir, s’y préparer) et le légendaire (comprendre les rouages profonds de l’histoire des hommes, interroger les mythes, émouvoir, repérer notre place dans la longue durée).

Globe-trotter et chercheur

  • Fondateur et animateur de Christiangatard&co, Institut d’études internationales de marchés
  • Consultant associé du Comptoir Prospectiviste, agence de prospective
  • Directeur de la collection «Géographie du futur» aux éditions de l’Archipel
  • Auteur associé chez Futurhebdo.fr, le magazine de prospective

Conférencier

  • Intervenant dans différentes écoles et institutions telles que EHESS, CELSA, Sciences PO, ESCE
  • Conférencier international (Paris, Londres, New York, Boulder, Montréal, Catane, Casablanca, Lomé… etc)
  • Intervenant dans les entreprises du CAC 40, les PME-PMI et les institutions

Bibliographie

  • Mythologies du Futur, essai, L’Archipel, 2014
  • Nos 20 Prochaines Années, le futur décrypté, essai, L’Archipel, 2009
  • Bureau d’Études, Récit de société, Les Impressions Nouvelles, 2008
  • Le Peuple des têtes coupées, enquête sur les mascarons, essai, Coprah 2005
  • En respectant le chemin des Dragons, roman, L’Harmattan, 2003
  • De Conchita Watson, le ciel était sans nouvelles, roman, L’Harmattan, 2000
  • L’île du Serpent-coq, roman, L’Harmattan, 1999

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :